Les interrogations sont nombreuses quant aux effets de la pandémie COVID-19 sur le secteur de l’immobilier. Certains s’interrogent sur la pertinence du rôle dédié aux bureaux et cherchent un modèle économique à réinventer pour mieux prendre en compte un télétravail promis à une force de croissance. Le secteur de la distribution a vu lui aussi son modèle remis à plat. L’hôtellerie et le tourisme de manière générale vont connaitre une année difficile et nul ne connait à ce jour le temps qui sera nécessaire pour revenir à des niveaux d’occupation équivalents à ceux de 2019.

Qu’en est-il de l’immobilier dans le secteur médical ? Ce secteur, à la différence des trois précités, ne semble pas avoir été directement impacté par le pandémie, même si d’un point de vue judiciaire, il n’est pas impossible qu’un certain nombre d’opérateurs se voient confrontés à du contentieux compliqué.  Il semblerait cependant que ce secteur soit fortement résilient à moyen et long terme. 
Nous avons choisi de croiser les perspectives en s’arrêtant dans trois juridictions : la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Dans chacune de ces juridictions, la résilience est un des points communs même si des différences structurelles impactent chacun de ces marché de manière différente.

To read this complete article visit Fusions & Acquisitions Magazine (French language).