C'est une tentative iné­dite dans le paysage éducatif français. Initiée par des avocats, une école de droit privée va ouvrir ses portes en septembre. Non sans quelques obstacles. Car «HEAD», pour «Hautes Études appliquées au droit», suscite la polémique à l'université et au-delà, sur fond d'affrontement public-privé.